jeudi 30 mars 2017

Daniel Renard est mort le 30 mars 2017

Papa et roses rouges

 

 

Daniel Renard est mort

 

Daniel Renard est mort, ce matin jeudi 30 mars 2017, dans son sommeil après plusieurs jours d'altération de son état physique. Il avait 86 ans.
Instituteur, infatigable militant communiste et syndical, ancien maire adjoint à la culture à Bezons, auteur de plusieurs ouvrages, il meurt sans avoir vu la réalisation de ses idéaux mais il a vécu d'espérances et de combats, de droiture et de réserve, d'attention perpétuelle aux autres et du désir de savoir.
Il rejoint Marcelle, sa femme, qui nous a quittés en février 2008.

Daniel Renard est né le 14 mai 1930. Il avait adhéré au Parti communiste le 20 septembre 1947. Jusqu'à ces derniers mois, il militait activement à la tête des Vétérans du PCF.

Il était membre du Comité Justice et Vérité pour Charonne.

  • Ses obsèques auront lieu le mercredi 5 avril à 15 heures, au vieux cimetière de Bezons (rue de la Paix).

 

 

Pierre Laurent, secrétaire national du P.C.F.

C'est avec une très grande tristesse que je viens d'apprendre le décès de Daniel Renard dans sa 87ème année.

Daniel était un militant dévoué et expérimenté, un homme de conviction et de terrain, attaché aux valeurs de progrès et d'égalité, attaché à son parti dont il est devenu Président National des Vétérans, après plusieurs années de proche collaboration avec Louis Baillot.

Il avait acquis de sa formation d'instituteur et de syndicaliste enseignant ce goût profond de la justice, cette attention aux nouvelles générations, sa volonté de transmettre savoir et expériences acquise. C'est notamment pour cette raison qu'il présidait le comité de Justice et Vérité pour les victimes de Charonne.  

Daniel était aussi profondément attaché au département du Val d'Oise et à ses habitants, notamment sa ville Bezons dont il fut de nombreuses années adjoint à la culture.

Le Parti Communiste Français perd un homme et un militant qu'il est fier d'avoir compté parmi les siens.

Aux habitants de cette ville, du département, aux communistes avec qui il fut de tous les combats au cours d'une vie militante riche et intense, je tiens à faire part de toute ma sympathie et de mes plus sincères condoléances.

À Denis, Michel et Claudine ses enfants, à Aude, Manon, Émile et Clémence ses petits enfants, à Cassim, son arrière petit-fils, né il y a un mois et que Daniel aura eu l'ultime bonheur de tenir dans ses bras, je veux dire toute mon affection et partager leur peine avec eux.

Pierre Laurent
30 mars 2017
source

 

 

Daniel Renard sept 1952
Marcelle et Daniel Renard en septembre 1952 au moment de leur mariage

 

Daniel Renard dans sa classe 1956
Daniel Renard, instituteur, dans sa classe de l'école du Cnetre à Bezons, en 1956

 

Papa école laïque 1961 (1)

Papa école laïque 1961 (2)
Daniel Renard, Comité départemental d'Action laïque, Palaiseau, 1961

 

Papa lisant 1967
Daniel Renard, fin années 1960-début années 1970

 

Daniel Renard 1976
Daniel Renard, 1976

 

Papa, mars 1979
Daniel Renard, 1979

 

Maman, Papa et Émile 20 mai 2007 - copie
Daniel et Marcelle Renard, et leur petit-fils Émile, 2006

 

Vétérans Val d'Oise 10 février 2007
réunion des Vétérans du Val d'Oise, 10 février 2007

 

Congrès 13 déc 2008 (2)

Congrès 13 déc 2008 (1)
Congrès du PCF, 13 décembre 2008

 

Papa Noël 2012 - copie
Daniel Renard, décembre 2012

 

Ton Papa et ton grand-père Daniel, décembre 2012 - 1 - copie
Daniel Renard et son fils aîné Michel, décembre 2012

 

Papa mars 2017
Daniel Renard, mars 2017

 

____________________

 

 

Daniel Renard nous a quittés

 

Le maire de Bezons

Ancien élu, humaniste, progressiste, véritable mémoire de la ville et de son histoire, l'instituteur qu'il n'a jamais cessé d'être, vient de décéder.

C’est avec une immense tristesse que j’apprends la disparition de Daniel Renard.

Rendre hommage à Daniel, c'est évoquer une vie bien remplie au service des autres, une vie militante porteuse de valeurs humanistes.

Daniel, c'était l'amour de sa ville pour laquelle il a écrit de très nombreux ouvrages relatant la réalité quotidienne de générations de Bezonnaises et de Bezonnais. L’amour de son parti – le parti communiste - au sein duquel il aura milité sans compter pour une société plus juste à l’égard des plus humbles.

Il était notre historien local portant à la lumière celles et ceux qui, au travers de leurs engagements et de leurs luttes, ont façonné notre ville. Je garde en mémoire de nombreux ouvrages parmi lesquels Bezons du village à la ville, Bezons et la guerre 1914-1918, Du dispensaire au centre de santé de Bezons ou encore ce remarquable livre sur le docteur Destouches, plus connu en littérature sous le nom de Céline qui, condamné pour collaboration avec les nazis, restera aussi «le médecin maudit de Bezons». Ces derniers mois encore, il me faisait part de son dernier projet d’ouvrage portant sur l’origine des noms de rues de notre ville.

Homme de culture, il aura assumé durant plusieurs mandats la fonction d'élu local, toujours soucieux de l’émancipation humaine.

Nombreux sont les Bezonnais qui l’ont côtoyé et ont pu apprécier sa personnalité, chaleureuse qui fait honneur à la politique faite de droiture et de loyauté. Une denrée rare de nos jours en politique !

Profondément attristé, j’adresse au nom des Bezonnaises et des Bezonnais et en mon nom personnel un très sincère message d’amitié et d’affection à ses enfants : Michel, Denis et Claudine.

Dominique Lesparre, maire de Bezons
source

 

Papa site mairie Bezons

 

 

_____________________

 

obsèques et hommage

 

img_7877
5 avril 2017 : hommage à Daniel Renard, cimetière de Bezons

 

img_7880
5 avril 2017 : hommage à Daniel Renard, cimetière de Bezons

 

img_7909
5 avril 2017 : hommage à Daniel Renard, cimetière de Bezons

 

img_78991
5 avril 2017 : hommage à Daniel Renard, cimetière de Bezons

 

img_79101
5 avril 2017 : hommage à Daniel Renard, cimetière de Bezons

 

img_7923231
Denis et Claudine Renard, 5 avril 2017

 

 

Michel Renard

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


vendredi 20 juillet 2012

11 novembre

Bezons cimetière cérémonie

 

commémoration d'un 11 novembre à Bezons

 

Bezons cimetière cérémonie

 

La commémoration d'un 11 novembre, certainement en 1950 ou 1951, où l'on voit, entre autres, 3 militants UJRF-UJFF, (en ce temps on ne disait pas Jeunesses Communistes.) Il s'agit de André Hubert, Thérèse Pinault (Moralès-Garcia) avec qui je suis toujours en contact, et moi-même.

Madeleine Cardon

 

- l'image n'est pas très nette, faute d'appareil photo... Michel Renard

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 14 juillet 2012

Madeleine Cardon

hotel-de-ville-bezons

 

quelques souvenirs de Bezons (1948-1967)

Madeleine CARDON

 

Madeleine Cardon nous a adressé une photo de la classe du Cours complémentaire de Louise Michel en 1947-1948, puis a livré quelques-uns de ses souvenirs de Bezons.

" (...) j'ai prolongé ma visite sur le site de Bezons.
 
La mairie : C'est là que j'ai commencé à travailler, 4 jours après la fin de l'année scolaire. Mon pire souvenir, c'est lorsque le téléphone sonnait. (1 coup pour le guichet n° 1, 2  coups pour le 2, etc)... J'étais au guichet n° 4 (chômage et élections) Quand la sonnerie passait au 3ème coup, je me sentais très mal. Au 4ème j'étais terrorisée et si par chance le 5ème coup se faisait entendre, j'avais l'impression de retrouver la vie. Celà paraît idiot à notre époque, mais il faut dire qu'en 1948 le téléphone n'était pas une chose courante et que je n'en avais jamais utilisé un avant d'entrer à la mairie.
 
La carte de l'usine "Les téléphones à Bezons" Il me semble que par la suite elle est devenue "Les Câbles de Lyon" C'est là que ma mère travaillait.
Je crois qu'elle a connu les gardes à cheval venus réprimer les grévistes, dont elle faisait partie.
 
La Luzière : là aussi j'ai retrouvé beaucoup de souvenirs, bien que je n'y sois pas allée en tant que colon, mais simplement parce que j'ai bien connu les personnes qui y sont évoquées : Anita Champion, l'infirmière, Yves et Paulette Morel, Mario Mussini, sa femme et sa belle-soeur, (avec ces derniers j'ai  accompagné un temps les Vaillants de Bezons).
 
Et enfin les maires. En particulier Louis Peyronnet. Très impressionnant, très sévère. Avec une camarade nous avions sollicité une entrevue afin d'obtenir un local pour nos réunions de l'U.J.F.F.  Nous étions très angoissées. Pourtant tout s'était bien passé, et il nous avait promis son aide, mais pour celà il fallait "faire ses preuves".
 
Autre souvenir de Louis Peyronnet : Pour passer le C.A.P. il faillait aller à Versailles, et emporter chacune une machine à écrire de l'école L. Michel. Des Inderwood, très lourdes.
M. Peyronnet avait mis sa voiture et son chauffeur à notre disposition afin de nous conduire sur les lieux de l'examen. Malheureusement, le chauffeur avait confondu et nous avait déposées aux "grandes écuries" au lieu de "Petites écuries" (ou le contraire) puis était reparti. Si bien que nous avions dû repartir, en portant nos machines, et arriver juste au moment où les épreuves commençaient.
 
Je me répète... mais je vous dis encore merci pour ce site qui m'a permis un tel retour en arrière. J'ai quitté Bezons en 1967."

Madeleine Cardon

PS - Je me permets de vous poser une question : existe-t-il des photos du groupe scolaire Paul Vaillant Couturier ? Mes parents m'avaient emmenée lors de son inauguration, j'ai oublié la date, mais j'en garde un souvenir : c'est la première fois que j'ai entendu chanter l'Internationale, et j'avais été très impressionnée.
 À partir de la création de cette école et pour éviter de traverser la route de Pontoise, une partie des enfants de Louise Michel allaient en classe au groupe P.V. Couturier, ce qui était mon cas.
 
Concernant la vie des entreprises à Bezons, il existe un livre écrit par Auguste Bouvet (Forgeron d'uthopie - Mémoires d'un syndicaliste) ajusteur chez Andouard à Bezons.
L'auteur est un vieux copain, je tapais sur stencyl, au moyen d'une vieille machine à écrire les journaux de cette entreprise. Le journal s'appelait "la Boudineuse"
Je vais demander là aussi s'il existe des photos.  

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 7 février 2008

Louis Champion (Bezons)

rue_de_Rivoli_sous_l_Occupation


Louis Champion, fusillé en 1942


Louis Champion était un ouvrier métallurgiste. Lors de l'affrontement des républicains et des franquistes en Espagne, il partit combattre dans les Brigades Internationales. Puis il revint en France et s'engagea dans la résistance où il devint commandant F.T.P. avant d'être arrêté. Les Allemands le fusillèrent le 19 septembre 1942.

Louis_Champion__Bezons_
Louis Champion (1911-1942) avait été membre des
Brigades internationales aux côtés de l'Espagne républicaine


7_jours___Paris
le n° du 20 septembre 1942 de 7 jours à Paris


Paris_mars_1942_qu_te_Croix_Rouge
Paris en mars 1942, collecte au profit de la Croix-Rouge (source)



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 30 janvier 2008

anonymes attablés au café

caf____Bezons_photo_rare__2_


anonymes



caf____Bezons_photo_rare
photo : attablés au café à Bezons (éditeur : Carlier photographe, Bezons)


facteurs_au_caf_
attablés à la terrasse du même café que ci-dessus, des facteurs



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 15 janvier 2008

Michel Caminada, mon ami (Michel Renard)

Michel_Caminada_portrait




Michel Caminada, mon ami


Michel est mort en 2004. Je ne l'avais pas revu depuis des années. Mais il est des amis qui restent une part de vous, même si on ne les rencontre plus, même quand ils ont disparu.

Parce qu'on a partagé trop d'engouements, trop de projets, qu'on a regardé dans la même direction longtemps. J'ai rencontré Michel, peut-être en 1969, quand je m'entraînais. Je ne faisais que courir. Mais lui essayait tout. Comme s'il fixait toujours plus loin les limites de l'inaccessible. Le décathlon et ses épreuves interminables. Il avait d'ailleurs quelque chose de l'athlète grec, une parenté avec le Discobole de Myron. Une pureté du geste, une pureté du coeur aussi. Nous avons arpenté les pistes de stade, les chemins de cross, les allées de la forêt de Maisons-Laffitte. Le souffle, toujours souffler.

Nous avons effectué une virée aux Andelys, un week end de novembre 1970. Avec Christian Ledru, Bernard Delechambre, Bernard Champion (le beau-frère de Michel) et Alain Chevalier. Il y avait aussi Arthur, le père de Michel.

Arthur_et_Michel_Caminada
Michel Caminada et son père Arthur, le matin du dimanche 29 novembre 1970

Nous sommes partis dans les Landes, l'été 1971, camper et courir sur les dunes de Mimizan. Au mieux de notre forme. Corps d'athlète sur le qui-vive. Sa vieille 2 CV, elle, nous a laissés en rade. Retour en train. Mais Michel n'était pas que le sport. Il avait une philosophie de la vie. Et m'avait passé une biographie de Gandhi. Un autre été, il m'avait prêté son appartement pour quelques jours. Il était mon ami. Tant d'années après, son souvenir reste lumineux.

Le militantisme politique m'a fait renoncer au sport, sans que je m'en rende compte. Et fait quitter Bezons où j'avais toujours vécu. Je recevais des nouvelles de Michel par mon frère resté à Bezons. Les années passaient. Je savais qu'il avait lâché prise, qu'il dévissait lentement, glissant le long d'une paroi sombre sans qu'une main n'eût pu le retenir...

On a donné son nom à l'un des terrains du stade Auguste Delaune. Désormais, ce sera donc le terrain Michel Caminada. C'est mérité, car il les a fréquentés, ô combien, ces lieux... Mais comment ne pas ressentir ce qu'a de dérisoire, de vain, de démesurément frivole ce geste. Michel n'est pas un terrain ! Michel fut un être d'amitié, de chaude fraternité, de dévouement complice. Une irradiante humanité. Michel était à fleur de peau. Un grand sentimental. Un passionné de l'attachement. Qui ne s'éloignait pas quand vous sembliez moins en forme, ou que la vie vous faisait traverser une zone grise. Michel était là, le grand copain. Il s'est donné aux autres. Trop peut-être... et il s'est oublié. À bout de souffle.
Michel dont la disparition laisse inconsolable.

Michel Renard
15 janvier 2008


Michel_Caminada_disque__1_
Michel au lancer de disque, sur le stade qui porte désormais son nom... (1969)


Michel_Caminada_poids__1_
Michel au lancer de poids (1969)

 

Andelys_groupe
les Andelys, 28 et 29 novembre 1970, Michel est en bas à droite


Andelys_groupe__2_
les Andelys, Bernard Champion, Alain Chevalier, Bernard Delechambre,
Christian Ledru, debout Michel Caminada (novembre 1970)


Andelys_groupe__3_
les Andelys, Michel est en haut à gauche


Michel_Caminada_portrait


______________________________________________________


photos envoyées par Bernard Champion

20 juin 2008


Bernard_stade_01
Michel Caminada est au milieu du groupe (il porte la barbe)


Bagarre_1
Michel Caminada et Bernard Champion


Michel_sport_01
Michel sur les haies du 110 m


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 09:57 - - Commentaires [4] - Permalien [#]